Pourquoi allaiter un bambin ?

Publié le par L'Âge de Lait

Lorsqu’on parle d’allaitement, de ses bénéfices, de ses plaisirs, on parle avant tout de l’allaitement d’un nouveau-né ou d’un petit bébé. Mais, s’il est possible de continuer après les fatidiques 3 mois - 6 mois – 12 mois ou 2 ans pour les plus généreux, on n’en parle que peu dans la littérature aussi bien médicale que populaire.

Quand on demande à une femme qui allaite un bambin pourquoi elle continue, la première chose qu’elle trouve souvent à répondre est : « je ne voyais pas de raisons d’arrêter ». Pourquoi sevrer un bambin quand tout se passe bien et que tout le monde y trouve son compte ?

En vérité, les avantages et bénéfices de l’allaitement de bambins sont très nombreux et non négligeables.

Tout d’abord, et au risque de paraître bien terre à terre, il nous semble important d’évoquer les bénéfices de l’allaitement pour la santé du bambin et de sa mère. On sait que le lait est adapté au bambin quel que soit son âge, et évolue avec l’enfant. Ainsi, la concentration en Img (immunoglobuline) augmente avec l’âge de l’enfant. Pour un bambin, elle est à peu près deux fois plus concentrée que pour un nouveau-né ! L’allaitement est donc une protection à long terme, et cela même pour les bambins, qui seront donc moins souvent et moins gravement malades en général. Le lait maternel est un aliment de premier choix, apportant protéines, graisses, calcium et vitamines, ce qui n’est pas négligeable avec un bambin qui peut parfois se montrer rétif à manger certains aliments : cela apporte à la mère la certitude que son bambin ne manque de rien et n’a aucune carence. Avec l’allaitement maternel, il y a moins de risques de réaction allergique, car l’introduction des allergènes les plus fréquents (produits laitiers, surtout) se fait plus tard. Pour la mère, l’allaitement d’un bambin possède également des avantages au niveau de sa santé : plus l’allaitement est long, plus les risques de cancer du sein ou de l’utérus sont diminués. C’est également une protection contre l’ostéoporose.

Mais ce ne sont bien sûr pas là les seuls avantages de l’allaitement de bambin. Continuer à donner le sein à un enfant au-delà d’un an, deux ans… c’est satisfaire un besoin réel. Besoin de contact intime avec sa mère (et il est très agréable pour la mère aussi de serrer son enfant contre elle, de prolonger le plaisir du contact en peau à peau…). Besoin de succion comblé, également, car ce besoin-là ne disparaît souvent qu’au cours de la troisième année, parfois plus tard. Le sein est un excellent moyen de combler ce besoin, sans avoir à recourir à une sucette, et il est le plus naturel !

Allaiter un bambin, c’est aussi un bon moyen de réconforter le bambin lorsqu’il est malade, blessé, triste ou fatigué, ou d’endormir le bambin sans trop de difficulté. Cela lui procure un apaisement incroyable, et lui apporte une grande sensation de sécurité. Et parce qu’il a cette sécurité, cette certitude de pouvoir se nicher quand il veut dans les bras aimants de sa maman, le bambin peut tranquillement chercher et obtenir son autonomie, il devient sûr de lui dans son indépendance, car ses arrières sont protégés !

Mais avant tout, allaiter un bambin, c’est beaucoup de plaisir, pour l’enfant, et pour sa mère. Plaisir du contact étroit, plaisir de faire un gros câlin, plaisir de téter et plaisir d’allaiter… Grâce à l’allaitement, la mère et son bambin peuvent se donner le temps de se poser, d’avoir des moments calmes, des moments de douceur, parfois difficiles à obtenir autrement avec un bambin actif et turbulent ! L’allaitement permet à la mère et à son bambin d’établir une relation très spéciale, plus difficile à établir sans ce geste d’amour magique : une relation de proximité intensément vécue, la sécurité et le bonheur d’être ensemble, en toute simplicité.

L’allaitement d’un bébé, et plus particulièrement celui du bambin, procure à la mère la sensation d’être porteuse de vie, de transmettre à son enfant cette immense générosité qui caractérise les mères allaitantes. Et cette certitude lui offre la possibilité de vivre sereinement la relation avec son enfant et la sérénité d’

accueillir son enfant malgré les difficultés passagères, pour le pire… mais surtout pour le meilleur !

Publié dans allaitement

Commenter cet article