La vague et le rocher

Publié le par L'Âge de Lait


Durant l’accouchement, alors que la femme accompagne chaque contraction et se coule dans chacune d’elle, elle peut avoir l’impression de se liquéfier, de devenir cette mer houleuse qui l’envahit, telle une infinité de vagues qui montent, roulent et redescendent enfin. Le temps semble suspendu, les limites physiques sont alors dépassées, dissipées, et la femme se sent presque dissolue dans ce monde étrange, brut, d’une puissance inouïe.

Dans cet état de dissolution, la femme peut soudain ressentir l’angoisse d’être répandue, liquéfiée, submergée par quelque chose de trop grand pour elle. Son compagnon peut alors jouer le rôle que la Nature lui a donné la possibilité de jouer au besoin : être un rocher, fort, solide, protecteur, et surtout contenant. C’est en effet ce qu’il peut offrir de plus adapté à une femme en travail qui se sent liquéfiée : la contenir, c’est l’accompagner et la soutenir par sa stabilité, sa force, sa fermeté, son immuabilité de rocher. Il a un rôle sécurisant et équilibrant pour cette femme en besoin d’être contenue. Il laisse à sa compagne la possibilité de se laisser aller à devenir cette vague, à se répandre dans l’univers abyssal des contractions pour accueillir, ensemble, le bébé à naître.

Bibliographie:

L’attente sacrée, neuf mois pour donner la vie

Accouchement, naissance : un chemin initiatique, Martine Texier


Publié dans accouchement

Commenter cet article