La grève de la tétée

Publié le par L'Âge de Lait

Votre bébé refuse subitement le sein, et c’est le désarroi total. Que se passe-t-il ? Il ne m’aime peut-être pas. Il ne veut pas de mon lait. Il veut se sevrer, déjà, il en a assez. Autant de questions. Mais non ! C’est ce que l’on appelle une grève de la tétée.

Une chose est sûre, lorsque votre bébé ou votre bambin arrête subitement de téter, ce n’est pas un sevrage : c’est bien une grève ! Les causes en sont diverses : tout petit, ce peut être parce qu’il a été perturbé par la naissance ou une séparation mère-enfant, ou bien parce qu’on a ignoré ses signaux, ou encore parce qu’il souffre (ictère, torticolis…) ; un peu plus tard, une grève de la tétée apparaît souvent si on perturbe sa succion avec l’introduction d’une sucette ou d’un biberon : c’est ce qu’on appelle une confusion sein-tétine. D’autres bébés sont perturbés par un réflexe d’éjection du lait fort chez leur mère, car il peut se trouver dépassé au moment de la montée de lait puisqu’il tousse et s’étrangle : la tétée devient désagréable et il peut rejeter le sein. PLus tard, il peut encore y avoir diverses causes à une grève de la tétée. Tout d’abord, un bébé est très sensible à l’humeur de ses proches et à l’ambiance, et il peut y réagir en cessant de téter. Une mastite donne un goût salé au lait, qui peut déplaire au bambin. S’il a mordu le sein et que la réaction de sa mère lui a fait peur, il peut également faire une grève. Au moment de la marche, enfin, certains bébés sont si occupés qu’ils en oublient de téter…

Pour désarçonnant et angoissant que ce soit, la grève de la tétée n’est pas un sevrage, et elle se solutionne généralement, avec un peu de ténacité, en deux ou trois jours, parfois un peu plus… Bien sûr, l’entourage ne comprend souvent pas ce qui lui semble être un acharnement à mettre le bébé au sein, alors que celui-ci n’en veut apparemment pas. Et portant, l’unique solution est d’essayer encore et encore, après avoir supprimé la cause lorsqu’on la trouve, de réapprivoiser le petit gréviste pour qu’il se remette à téter. Il faut souvent ruser, en essayant d’autres positions d’allaitement ou se mettre dans un autre environnement, ou bien lorsqu’il est en train de s’endormir (ou de se réveiller), en marchant, dans le bain… Et le plus important est d’essayer de se détendre !

Heureusement, la plupart des grèves de la tétée ne durent que deux ou trois jours, et après cette éprouvante période, la maman et le bébé retrouvent avec bonheur et avec joie le plaisir de la tétée.

 

Pour plus de renseignements:

www.lllfrance.org

Publié dans allaitement

Commenter cet article